Mise en place d'une régulation géographique


A compter du 21 février 2019 l'ARS publie un arrêté de mise en place d'une répartition géographique de l'offre en masso-kinésithérapie.


Actualités Deuxième édition du congrès inter-URPS MK : la profession s’organise sur le territoire

14/06/2019
Deuxième édition du congrès inter-URPS MK : la profession s’organise sur le territoire

Les 18 et 19 avril 2019, s’est déroulée à Montpellier la deuxième édition du congrès inter-URPS des masseurs-kinésithérapeutes. Durant ces deux jours, chaque région a pu présenter ses projets et faire émerger l’envie de développer de telles pratiques au sein d’autres régions.

Avec 11 régions représentées, la diversité d’exercice et de territoire était à l’honneur à Montpellier pour cette deuxième édition. Après l’ouverture du congrès par Vivien Hausberg, président de l’URPS Occitanie organisatrice, un tour de table fut lancé afin de permettre à chaque représentant régional de faire le point sur les différentes avancées régionales et réfléchir à ce qui pourrait être mutualisé.

Plusieurs thématiques sont développées sur tout le territoire national et l’expérience des uns permettra aux autres d’éviter des écueils. C’est notamment le cas de l’intégration des kinésithérapeutes libéraux dans le Répertoire Opérationnel des Ressources. Lancé en Occitanie et en Ile de France, le bilan fait sur le ROR et sa difficulté technique d’alimentation permettra à d’autres régions une intégration plus facile. Enfin, un débat intéressant fut engagé sur ses perspectives d’amélioration dans les mois à venir.

La place du masseur-kinésithérapeute et de son bilan dans le Sport Santé ainsi que le parcours de reprise d’activité physique pour les patients en ALD fut également au centre des préoccupations. L’expérience et les projets menés par les Hauts de France, la Bourgogne Franche-Comté ou la région Grand Est notamment, déclenchèrent des vocations et des débats au sein des autres régions.

La permanence des soins et plus spécifiquement les gardes en kinésithérapie respiratoire donnèrent lieu à des réflexions pratiques. Les travaux sur le sujet des régions Bretagne, PACA ou Hauts de France furent plébiscités par tous.

L’engouement autour de l’exercice coordonné et plus spécifiquement la mise en place de CPTS a été observé partout. Un guichet unique (Occitanie), l’élaboration d’une stratégie de déploiement commune (ARA), la création de CPOM (PACA), ou d’ESP CLAP (Pays de la Loire) sont des réponses différentes mais cohérentes autour d’une modification profonde de notre mode d’exercice.

Enfin, la thématique de la promotion de la santé et de la prévention en milieu scolaire est également très présente dans de nombreuses régions. L’Occitanie a pour le moment formé une vingtaine de kinésithérapeutes qui sont déjà intervenus dans une quarantaine de classes et auprès de plus de 600 enfants. L’Auvergne Rhône Alpes a lancé une campagne de prévention auprès des enfants de la région. Une réflexion inter URPS est prévue autour de la prévention en milieu scolaire afin de pouvoir partager les expériences de chacun. 

D’autres projets plus locaux mais néanmoins duplicables furent également abordés : l’expérimentation d’équipes de soins mobiles à domicile pour lutter contre cette pénurie (ARA), la création de plaquettes d’aide à la prescription à destination des médecins (Bourgogne Franche-Comté et Hauts de France), un congrès à Deauville autour de la douleur et l’organisation de soirées d’information (Normandie), un programme de prévention/dépistage du syndrome d’apnées-hypopnées obstructives du sommeil (SAHOS) chez l’enfant (Nouvelle Aquitaine), un outil d’auto-évaluation tutorale : KinéGo et une étude quantitative et qualitative des besoins (IDF), l’évaluation des mouvements généraux du nourrisson pour détecter les paralysies cérébrales en vidéo (Occitanie), penser et imaginer la kinésithérapie 3.0 de demain (Pays de la Loire) et la création de stages étudiants sur la prévention des TMS en TPE (PACA).
 

Le congrès s’est terminé avec la création et l’ouverture d’un outil numérique de partage commun afin de favoriser le travail et la réflexion inter-régionale. Il a également été décidé de corédiger un courrier à destination de la Direction Générale de l’Offre de Soins (DGOS) pour les alerter sur la nécessité impérieuse d’une amélioration du ROR pour favoriser son utilisation. Une véritable envie de se revoir et de travailler ensemble sur de nombreux projets s’est dégagée lors de ces deux jours et il a été décidé que le troisième congrès aurait lieu à Bordeaux en 2020.
Retour